L'exploration de cette carrière a commencé pour nous avec une descente sous Paris dans les années 90 ! J'y rencontre un copain qui me parle de promenade en bateau dans des lacs souterrains en Charente. Il me montre des photos et me confirme qu'on voit des galeries qui partent sous l'eau. Nous adorions l'eau et les carrières, forcément, nous devions aller voir.

Nous voilà donc parti. Une fois sur place la surprise est grande : des cavages énormes, pleins de galeries partout, des lacs à perte de vu, ça sent le gros spot.

Première déconvenue, une voiture bloque l'accès. Nous chargeons donc le matos à dos d'homme. Nous avons 2 équipements " complets " pour 5, ça se transporte bien.

19921024 St Même 05Photo © XIS

Jusqu'à présent nous n'avions que pataugé dans 2 m d'eau à Triel-sur-Seine, ça ne siphonnait pas, mais nous avions quand même pu tester notre matos et nous habituer à plonger sous terre. Nous avons 2 bi mono-sortie et 2 détendeurs. Nous savons que ce n'est pas du tout sécure, mais il s'agit d'une plongée de reconnaissance.

1992 02Photo © XIS

Nous arrivons à " la piscine " d'où il est évident que des galeries démarrent et l'accès à l'eau est facile. Le point d'eau est superbe, surtout avec l'escalier en bois sous l'eau

1992 03Photo © XIS

Nous avons une corde spéléo de 40 m, qui fait office de fil d'arianne. C'est court, mais bien suffisant pour une reco. Nous voilà à l'eau. Notre reco se passe bien, nous avançons de 30 m environs et nous constatons que ça part dans tous les sens, des fils sont déjà là, nous ne sommes pas les premiers. Le même jour on découvrira l'accès de " la tranché " d'où un fil part aussi. Plus tard nous apprendrons que, quelques années plus tôt, Eric Morin et Jean-Pierre Stefanato ont commencé l'explo et fait un début de topo.

 

199204Photo © Rennequin

 

 

Si questions détendeurs on est un peu juste, coté lumière on est bon, nous avons chacun 2 x 20 W ou 50 W + 2 sabrelight. Pour l'époque c'est très bien. Les galeries sont grandes, l'eau un peu trouble, on a besoin d'y voir clair.

 1992 05Photo © Rennequin

Deux autres copains se mettent à l'eau après nous, avec notre matos. Très rapidement nous constatons que l'un des 2 respire comme un fou et fait des tonnes de bulles, on décide de raccourcir la corde afin qu'ils n'aillent pas trop loin. Nous avons fait 30 m, ils ont dû en faire 10.

On ressort très heureux de notre découverte avec la ferme intention de revenir, avec du vrai matos.